Le cinéma d’Alexeï Guerman et d’Elem Klimov, vers un nouveau voyant ? [June 16, 2022]

 Summary

Eugénie Zvonkine (Université Paris 8), Le cinéma d’Alexeï Guerman et d’Elem Klimov, vers un nouveau voyant ?

Des cinéastes comme Elem Klimov dans Requiem pour un massacre (1985) ou Alexeï Guerman dans Khroustaliov, ma voiture (1998) ou Il est difficile d’être un Dieu (2013) font émerger une sorte de nouveau « voyant », pris entre les deux régimes d’images tels qu’ils ont été formulés par Gilles Deleuze. Ce voyant est hypermobile, se jetant en tous sens et se cognant contre le réel diégétique. Il tente d’avoir une action dans le monde (faire la guerre, tirer au fusil, sauver sa peau ou celle des autres), mais il est systématiquement réduit à son impossibilité à intervenir sur le monde et à y opérer une action qui puisse le modifier. Cet état d’un puissant tiraillement entre deux états – l’hypermobilité et l’épuisement cognitif et sensoriel – semble contaminer le système esthétique du film et, par son truchement, la perception du spectateur, pris entre une sur-stimulation des neurones-mémoire et des capacités cognitives et sensorielles et un état d’abandon face à ce cinéma du débordement.

Tags: alexei guerman deleuze elem klimov turbulence

 Infos

 Downloads

 Embed/Share

Social Networks

 Options
Check the box to autoplay the video.
Check the box to loop the video.
Check the box to indicate the beginning of playing desired.
 Embed in a web page
 Share the link
qrcode